Le SELS, une organisation jeune et dynamique !

précaires

Le SELS, une organisation jeune et dynamique

Comment une amicale, fondée par les enseignants les plus fragiles et les plus précaires,  est-elle  devenue  la  première  force  syndicale  enseignante ?  Souleymane Diallo, fondateur et secrétaire général du Syndicat des enseignants libres du Sénégal évoque cette aventure syndicale.

Au début des années quatre-vingt, la Banque Mondiale et le FMI imposent auprès de nombre de pays africains la « politique d’ajustement structurel », qui signifie en clair une baisse drastique de l’investissement de l’État dans le secteur public. Au Sénégal, un coup d’arrêt est donné au recrutement de fonctionnaires, en particulier d’enseignants. À la place, l’État crée les « volontaires de l’éducation », sans formation, sans perspective de carrière, avec une bourse dérisoire en guise de salaire. En 1995, les volontaires de l’éducation s’organisent en Amicale afin de lutter collectivement pour obtenir un plan de carrière et des conditions de travail décentes. Une première reconnaissance a lieu en 1999 avec la création du corps des maîtres contractuels, agents de l’État non fonctionnaires, bénéficiant de droits syndicaux. L’opportunité est saisie de transformer l’amicale en syndicat : c’est ainsi que naît le SELS. Le nouveau syndicat combat sans relâche les injustices dont sont victimes les volontaires et maîtres contractuels. Étape par étape, il réalise les objectifs fixés : formation diplômante pour tous les maîtres contractuels, revalorisation des salaires (même si cela reste insuffisant), droit à la mutation, formation continue.

Au cœur de la précarité

En 2013, le SELS obtient la suppression du volontariat et dans le même temps, l’extension de centres de formation initiale dans toutes les régions, la titularisation des maîtres contractuels sous condition de diplômes professionnels, la possibilité de postuler aux concours de la fonction publique et donc de devenir fonctionnaire.

C’est grâce à son action de terrain, instruit au cœur même de la précarité du travail, que le SELS gagne des adhérents dans tous les niveaux d’enseignements, chez les contractuels, comme chez les fonctionnaires. Le SELS remporte en avril 2017 les premières élections professionnelles organisées au Sénégal. Il est bien décidé à poursuivre la dynamique, à renforcer son caractère démocratique et à travailler avec d’autres syndicats pour l’avenir de l’éducation au Sénégal.

Jean-Hervé Cohen (extrait : L’US Mag n°774 du 13 novembre 2017)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s