« Parcoursup, il s’agit bien d’une sélection. »

« Parcoursup, qui succède à APB, risque de créer du stress continu pour les candidats et leurs familles » LE MONDE | 05.12.2017

Bernard Koehret a créé et piloté, jusqu’à cette année, la plate-forme d’affectation dans le supérieur Admission post-bac. Il revient sur les polémiques qui ont marqué l’été et s’inquiète des conséquences de la fin d’APB.

Extrait :

Le ministère réfute le terme de « sélection ». Qu’en pensez-vous, au regard de la nouvelle plate-forme qui se dessine ?

Bernard Koehret : C’est très simple : toutes les filières universitaires vont désormais classer les candidats. Elles pourront d’ailleurs, à ce titre, utiliser les outils d’aide à la décision que nous avons développés pour les filières sélectives, permettant d’effectuer un classement des candidats selon leurs notes ou autres éléments de leurs dossiers (CV, parcours,…). Elles auront ensuite le droit, si les capacités d’accueil sont atteintes, d’accepter seulement certains candidats. Dans ce cas, il s’agit bien d’une sélection.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s