Communiqué des personnels de Nanterre université

Communiqué SNASUB-FSU, Nanterre, 09 avril 2018, 19h00
Deuxième communiqué des personnels en lutte après la deuxième intervention CRS sur le Campus de Nanterre.

Nous avons assisté cet après-midi avec indignation à une nouvelle intervention des CRS sur le campus.

Dans un premier temps, les CRS sont intervenus ce matin pour tenter de déloger du bâtiment E les étudiant-es qui l’occupaient. Ces étudiant-es se sont refugié-es sur le toit du bâtiment E, pendant qu’étudiant-es et personnels étaient rassemblé-es à l’extérieur, bloqué-es par la police. Après un long face à face, les CRS se sont retirés vers 14h.

La porte du bâtiment E étant ouverte, les personnes rassemblées à l’extérieur sont entrées. Deux assemblées générales ont commencé à se tenir, une AG d’étudiant-es dans la salle E101, grande salle du rdc du bâtiment E, et une AG des personnels dans le hall du bâtiment E.

A partir de 15h, les CRS ont commencé leur 2e intervention. Ils sont entrés dans les bâtiments en passant par les sous-sol. Ils ont délogé violemment les 150 étudiant-es rassemblé-es dans la salle. Etudiant-es trainé-es au sol, plaqué-es, molesté-es. Du gaz lacrimogène a été utilisé dans la salle. Il y a eu au moins 7 étudiants menottés et amenés au commissariat de Nanterre, parmi lesquels les étudiants appelant depuis plusieurs mois à la mobilisation et engagés dans les AG, ainsi que plusieurs blessés. Pendant cette altercation nous avons demandé par téléphone à la présidence de se rendre sur les lieux. On leur a expliqué ce qui se passait sous nos yeux. Nos demandes répétées sont restées sans réponse.

Aucune dégradation n’a eu lieu. Les étudiant-es étaient pacifiques, en train de débattre de la loi ORE et des suites à donner au mouvement.

Une délégation de dix personnes, personnels et étudiant-es, a fini par être reçue par la présidence, sur la demande de celle-ci, dans le bâtiment B cerné d’une trentaine de CRS casqués. Elle a exigé le départ des CRS et la libération des étudiants arrêtés.

La présidence maintient le bienfondé de l’intervention policière sur le campus, tel qu’exposé dans son mail de 15h15, prétextant de la présence de participants extérieurs à l’université et d’une diversification trop grande de la plateforme de revendications.

La présidence a refusé d’intervenir dans l’immédiat auprès du commissariat pour faire libérer les étudiants en garde à vue.

La présidence est responsable de l’intervention violente des CRS sur le Campus.

Nous personnels en lutte de Nanterre jugeons ses arguments irrecevables. Nous dénonçons l’usage de la violence contre les étudiant-es que rien ne peut justifier. La présidence prend la lourde responsabilité d’accroitre le climat de violence dont le gouvernement s’attache à entourer les contestations.

Nous réitérons notre appel aux personnels de l’université à se mettre en grève demain, mardi 10 avril 2018, contre la mise en place de la sélection à l’entrée de l’université et les interventions policières en cours dans nos établissements. Nous vous proposons une assemblée générale demain 10 Avril. Rendez-vous devant le bâtiment B à partir de 10h00.etudiat_menotte.jpeg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s