Des chercheurs analysent les messages des Gilets jaunes

« Les Gilets jaunes sont devenus des acteurs. Avant c’était un événement. »

Des chercheurs toulousains ont publié un rapport basé sur des données issues des réseaux sociaux et l’analyse d’articles de presse. Ils constatent que si le mouvement ne fait plus l’événement, il tente de se consolider.

Faire une photographie d’un mouvement social, à un instant T. Cinq chercheurs toulousains du Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales ont recueilli et décortiqué 103 529 commentaires postés entre le 5 et le 10 février par plus de 20000 comptes sur la page Facebook « La France en colère » ainsi que la couverture médiatique donnée au mouvement dans la presse quotidienne nationale (352 articles). L’objectif ? Mesurer l’évolution du discours exprimé par les acteurs. Brigitte Sebbah, maîtresse de conférences à l’université Paul-Sabatier, est cosignataire de ce rapport.

Est-il vrai de dire que le mouvement des Gilets jaune s’essouffle ?

En ligne – là où est né le mouvement et où il se structure – il ne s’essouffle pas. Il fait même preuve de dynamisme, de vivacité. An départ, il cherchait à se définir. Aujourd’hui, les Gilets jaunes savent que leur force c’est l’apolitisme. La question d’être représenté a été évacuée des débats. Ils sont désormais dans une phase de consolidation et mènent une réflexion sur comment diffuser leurs idées dans l’espace public. Ils ont compris l’intérêt de ce qu’ils donnent à voir. Les réseaux sociaux sont un outil de diffusion. Ils maîtrisent leur image. Il y a d’ailleurs une tendance à privatiser les groupes. L’enjeu principal est d’éviter la récupération et la division. Ils sont une entité, ont la volonté de diffuser leurs messages avec du porte à porte ou sur les marchés, mais en leur nom propre. Pas au nom des Gilets jaunes. Il y a une dépersonnalisation à l’extrême.

Lire les rapports en intégralité (Trois décryptages) :
Depuis le début du mouvement le 17 novembre 2018, le Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (Université de Toulouse 3- Paul Sabatier) a publié trois rapports :

« Les Gilets jaunes, des cadrages médiatiques aux paroles citoyennes » le 26 novembre,

2018-11-18_394250648-rapport-gilets-jaunes

« Les Gilets jaunes se font une place dans les médias et l’agenda politique », le 7 décembre

2018-12-07_Rapport-GJlerass

« La dilution des Gilets jaunes dans l’agenda médiatique et politique – Quand le mouvement ne fait plus l’événement mais tente de se consolider », le 22 février.

2019-02-22_GJ-V3

http://universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article1618

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s