Un plan d’action syndicale offensif

De nombreuses réformes structurelles sont contestées par les personnels et les élèves, et suscitent nombre de mobilisations : Parcoursup, réformes du lycée général et technologique et de la voie professionnelle, réforme du bac, réforme territoriale des services déconcentrés et de leur gouvernance… La FSU demande l’abandon de ces réformes et soutient avec ses syndicats les personnels qui luttent contre ces réformes. Les programmes de la voie professionnelle sont imposés sans débat. La FSU dénonce des contenus qui ne permettront plus l’émancipation des jeunes, appauvriront les formations et dégraderont les conditions d’exercice du métier. La FSU soutient Les États généraux de la voie professionnelle organisés le 6 avril prochain auxquels participent ses syndicats nationaux (SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNPI-FSU, SNETAP-FSU). D’autre part, les décisions budgétaires pour la rentrée prochaine, particulièrement les milliers de suppressions de postes et le large recours à la contractualisation vont entraîner une dégradation des conditions d’enseignement et d’accès à la formation, la FSU exige un budget à la hauteur des besoins du service public d’éducation.

Dans l’enseignement supérieur, le ministère met en place une prime d’excellence pédagogique dans la doctrine actuelle de rémunération au mérite portée par le gouvernement

La FSU se félicite que la mobilisation contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiants extracommunautaires à l’Université ait permis d’en exempter les doctorants. Cependant, les déclarations d’inscription d’étudiants étrangers chutent drastiquement en Licence et en Master. La FSU continue d’exiger l’abandon de cette mesure. Par ailleurs, les évolutions envisagées pour la réforme de la formation initiale ne sont pas de nature à relever le défi des transformations nécessaires pour donner aux enseignant-e-s les savoirs, les compétences et les gestes professionnels capables de combattre les inégalités scolaires et de démocratiser l’accès aux savoirs et à la culture commune. Au contraire elles fragiliseront encore davantage les conditions de travail des futur-e-s enseignant-e-s si elles ne leur offrent pas la formation capable de développer les compétences nécessaires à l’exercice quotidien de leur métier.

La FSU considère qu’il faut opposer à ces projets des alternatives permettant de répondre aux besoins de la population et à une société plus juste et plus solidaire. Elle appelle, dans un cadre unitaire large à la réussite des mobilisations : 4 avril, 11 avril, 9 mai, 12 juin… Elle se prononce pour un premier mai unitaire, pour la défense des services publics et de la justice sociale.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s