AEFE : Cas d’école d’une privatisation de l’éducation

AEFE : Cas d’école d’une privatisation de l’éducation, 21/09/2019

Extrait de l’Université Syndicaliste, SNES-FSU, 21 septembre 2019

Les dernières annonces du président de la République concernant l’enseignement français à l’étranger ne sont pas à la hauteur des ambitions.

L’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) est aujourd’hui victime de la décision du président Macron de doubler le nombre d’élèves du réseau étranger, à l’ho-rizon 2030. Cet établissement public, dont le SNES-FSU dénonce l’insuffisance budgétaire depuis plusieurs années, se voit imposer pour mission principale d’organiser sa propre concurrence. L’AEFE fêtera donc les 30 ans de sa création en 2020… et risque fort de ne pas y survivre !

Des suppressions de postes pas compensées

Après deux ans d’attente d’une réforme, les récentes annonces faites par le ministre des Affaires étrangères sont très loin des nécessités et encore plus de l’ambitieux programme de doublement du nombre d’élèves. Pour exemple, une dotation supplémentaire de 25 M€ pour IAEFE ne compensera même pas l’annulation de crédit de 33 M€ de l’été 2017 ! Cette dernière avait entraîné un plan d’économie, appliqué sans état d’âme par l’AEFE, aux conséquences pédagogiques et structurelles irréversibles, comme la suppression de 10 % des postes de titulaires dans le réseau. Second « point fort » de la réforme annoncée, l’augmentation du nombre de détachements (+ 1000 titulaires dans les prochaines années) n’est pas davantage à la hauteur de l’ambition. Ces détachements ne seront pas des supports budgétaires supplémentaires (des postes !) pour l’AEFE, mais bien des possibilités données à des établissements étrangers, totalement privés, de détacher des titulaires du MEN. La procédure d’homologation du MENJ a quant à elle été assouplie, et il est maintenant possible d’ouvrir un établissement français d’éducation à l’étranger… sans aucun titulaire Ainsi, la véritable « réforme » orchestrée par le gouvernement consiste à ouvrir grand les vannes pour la création d’établissements français à l’étranger, totalement privés. C’est à eux que l’on sert aujourd’hui sur un plateau ce réseau historique de la diplomatie d’influence. Les groupes privés et autres pourvoyeurs d’éducation sont sur les rangs, aidés qu’ils seront par l’établissement public AEFE à qui le MEAE a confié la mission de les démarcher ! Le SNES-FSU et les syndicats de la FSU restent mobilisés et continuent à lutter pour défendre les missions de service public, le sauvetage de l’établissement public AEFE, et pour s’opposer à un système élitiste où les critères d’accès ne se mesureront qu’aux moyens des familles. ∎

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s