Démissions groupées à l’Université de Strasbourg

Démissions groupées à l’Université de Strasbourg 

23 élus de l’Université de Strasbourg ont annoncé ce mercredi leur démission de trois conseils centraux, dénonçant l’« absence de transparence » de la présidence dans la gestion de l’Université.Par Anne-Camille BECKELYNCK – 

Ces 23 élus, enseignants et/ou chercheurs de l’Unistra, siégeaient jusqu’à hier au sein de trois instances : conseil d’administration, commission de la recherche et commission de la formation et de la vie universitaire. Mais ils y étaient « dans l’incapacité d’exercer leurs mandats » et donc de s’exprimer sur « les orientations de l’université », écrivent-ils

L’opacité qu’ils déplorent concerne en particulier les données financières des fameux programmes Idex (Initiatives d’excellence, programmes d’investissements de l’État, créés en 2011, dont l’Université de Strasbourg a été l’une des premières destinataires). Ces Idex et les programmes LabEx représentent pour l’Unistra près de 17 millions d’euros, « une manne financière sur laquelle nous n’arrivons pas à avoir les données et qui n’est donc pas contrôlée » par les instances centrales de l’Université, explique Pierre Gilliot, directeur de recherche au CNRS en physique des matériaux, et membre de l’équipe démissionnaire. 17 millions d’euros à comparer aux 5 millions répartis chaque année entre les laboratoires de recherche (toutes disciplines confondues) de l’Unistra. 

Pierre Gilliot pointe la même absence de transparence concernant l’implication financière des fondations (avec participation d’acteurs économiques privés) dans les orientations de l’université.

Un courrier à la Cour des comptes

En plus de leur lettre de démission, ces chercheurs ont aussi écrit un courrier à la Cour des comptes avec les mêmes réclamations : « Nous sommes empêchés de remplir notre mission et d’assumer les responsabilités d’administrateurs que nous confie la loi et tout particulièrement de juger de l’utilisation des fonds publics confiés à l’université de Strasbourg », écrivent les signataires, menés par Hélène Michel, candidate en 2016 à la présidence de l’Unistra, et battue par la liste de Michel Deneken. C’est à sa présidence que ces reproches sont adressés. Michel Deneken compte s’exprimer ce jeudi matin lors d’une conférence de presse. 

Tous les démissionnaires sont issus de la liste Alternative 2017 que menait Hélène Michel. Faut-il voir dans leur initiative de premiers mouvements de campagne pour les prochaines élections universitaires cet automne ? « Pas du tout », nous répond Pierre Gilliot. Au contraire, poursuit-il, « certains d’entre nous sont soulagés de leur démission : on est très fatigués… », soupire-t-il.

« J’arrête car nous crevons de ne pas arrêter »

« J’arrête car nous crevons de ne pas arrêter », écrit en effet sur son blog l’un des démissionnaires, Julien Gossa, enseignant-chercheur en informatique, qui déplore lui aussi une participation aux décisions « impossible » et une information inaccessible qu’il dit s’être épuisé à chercher.

En toile de fond de cette démission groupée, on trouve aussi la LPPR (loi de programmation pluriannuelle de la recherche), qui inquiète le monde universitaire depuis plusieurs mois car elle risque notamment, explique Pierre Gilliot, « d’augmenter la précarité des chercheurs » et donc de nuire à la recherche. Elle pourrait aussi « aggraver les problèmes de transparence » évoqués par le groupe de démissionnaires. 

La LPPR doit être présentée en Conseil des ministres le 8 juillet, « alors que les universités, qui ne reçoivent plus d’étudiants depuis le confinement, se vident pour l’été. C’est un calendrier complètement aberrant. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s