Validation des demandes de chaque doctorant·e

Validation des demandes de chaque doctorant·e, 25/06/2020

La commission devant statuer sur les prolongements de contrats doctoraux s’est tenue ce mardi 23 juin. Si les résultats officiels ne sont pas encore parus, nous savons d’ores et déjà qu’ils seront décevants, eu égard aux difficultés rencontrées par les doctorant·e·s pendant le confinement.

Alors que, malgré nos demandes répétées, les doctorant·e·s non financé·e·s, les ATER et les CIFRE restent exclus des dispositifs, nous apprenons que les décisions prises par la commission ne tiennent pas compte des difficultés des doctorant·e·s concerné·e·s et du fonctionnement de l’université. Notamment, des doctorant·e·s se sont vu·e·s attribuer une prolongation de six mois, voire moins, alors que douze avaient été demandés, au motif qu’ils étaient classé·e·s en liste principale pour un poste de demi-ATER. De deux choses l’une : soit les membres de la commission considèrent que les 1200 € mensuels de l’ATER valent mieux que les 1600 € du contrat doctoral, soit ils pensent qu’il est possible de cumuler les deux contrats. Dans les deux cas, le constat est affligeant.

Plus généralement, c’est la procédure complète qui doit être remise en question. Quel est le sens de juger, alors que les doctorant·e·s font état de leur difficulté, de la pertinence des prolongements demandés ? Nous souhaitons rappeler à tou·te·s que la commission statuant sur ces prolongations ne doit en aucun cas se comporter comme un jury de sélection de maître·sse·s de conférence : les enjeux ne sont pas les mêmes, les raisons non plus. Ces prolongements ne doivent viser qu’à permettre aux doctorant·e·s contractuels affecté·e·s par la crise sanitaire de poursuivre et achever leur thèse dans des conditions décentes. Nous demandons à la présidence d’enfin entendre les difficultés des doctorant·e·s et en conséquence de :

  • Accorder à tou·te·s les doctorant·e·s contractuel·le·s (1ère, 2e et 3e année) les prolongements demandés et ce, dès cette année, afin de garantir une organisation sereine du travail de thèse
  • Garantir à tou·te·s les doctorant·e·s une réinscription sans condition pour l’année prochaine
  • Prévoir un dispositif d’aide pour les doctorant·e·s non financé·e·s, les ATER et les CIFRE

Nous espérons que la présidence de l’université prendra ses responsabilités et accèdera à nos demandes qui, étant donné le contexte, nous semblent loin d’être démesurées.

Les doctorant·e·s Mobilisé·e·s pour l’université Paris 1  &  Les élu.e.s doctorant.e.s SUD Éducation à la CR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s